Le cratère de Ngorongoro inscrit à l’inventaire du patrimoine de l’humanité

Le cratère de Ngorongoro fait partie de l’aire de conservation du même nom et de l’écosystème de Maswa, Serengeti et Masaï Mara.

Le nom du Ngorongoro provient de celui des guerriers de la tribu autrefois installée dans le cratère, les Likorongoros (aussi appelés Datogas). Les masaïs, peuples guerriers et conquérants, les en ont chassés. Ils ont finalement migré vers le lac Eyasi. Les masaïs les appellent désormais les Mangatis, « les ennemis respectés ».

C’est une caldera d’une superficie de 260 Km carrés qui n’est en fait qu’une toute petite partie de cette gigantesque réserve mesurant 8.300 Km carrés auxquels s’ajoutent Serengeti, Maswa, Grumeti et Masaï Mara totalisant ainsi plus de 25.000 Km carrés à l’intérieur desquels les animaux migrent continuellement.

Dans le fond du cratère du Ngorongoro, les animaux sont cependant plus sédentaires car ils profitent de ce refuge unique au Monde qui leur offre une protection naturelle et une réserve d’eau permanente, car les pentes retiennent l’humidité.

Outre la beauté incroyable du paysage – la première vision depuis les crêtes est inoubliable – il est remarquable de voir un si grand nombre d’animaux réunis dans un endroit de taille assez modeste : éléphants, lions, buffles, léopards gazelles, hippos, rhinocéros et aussi une forte concentration d’oiseaux notamment de rapaces. L’intérieur du cratère offre la vision de l’Afrique en réduction : lacs, forêts, sources, rivières, savane et collines. La partie supérieure du cratère est à 2.300 mètres et le fond du caldera est dénivelé de 600 mètres.

Ce cratère est aujourd’hui le lieu où la densité animale est la plus importante d’Afrique. Une sorte d’arche de Noé naturelle.

A l’intérieur de l’Aire de Conservation du Ngorongoro, on peut voir aussi les gorges d’Olduvaï, baptisées « berceau de l’humanité », car on y a retrouvé des hominidés australopitechus boisei de plus de 3 millions d’années.

La Grande Migration séjourne dans cette aire de conservation des mois de Décembre à Mars, pour la naissance des bébés gnous et zèbres. C’est le début des plaines du Serengeti.