Le lac Nakuru

Le lac Nakuru fait partie de l’ensemble des lacs qui parsèment la vallée du Rift au Kenya et en Tanzanie et qui sont apparus à la suite de la rupture de la plaque tectonique il y a 20 millions d’années. C’est un lac d’eau saumâtre (mélange d’eau salé et d’eau douce) dont le faible étiage favorise la prolifération des micro-organismes (cyanobactéries et spirulines) dont se nourrissent les flamants roses (phoenicopterus minor) qui sont présents par milliers et partagent cet écosystème avec les pélicans.

En fonction des saisons et des niveaux d’étiage, ces colonies de flamants et de pélicans se déplacent de lacs en lacs et notamment vers Bogoria et Elmenteita qui sont aussi des lacs d’eau saumâtre. A une altitude de 1.758 M, le parc national du lac Nakuru s’étend sur 188 KM carrés et sur 25 KM de longueur du Nord au Sud.

Au Nord il touche la ville de Nakuru, à l’Est et à l’Ouest il est cerné en partie par des falaises dont la hauteur moyenne est de 250 M et depuis lesquelles on a une vue spectaculaire et enfin au Sud, il est composé de zones de savane.

Le parc est assez boisé et on trouve en particulier une forêt d’acacias et une profusion d’euphorbes candélabres.
C’est une réserve riche en faune dont la taille plutôt modeste (si on la compare aux autres réserves du Kenya) permet une approche assez aisée des animaux. Parmi les espèces remarquables citons les rhinocéros blancs, les girafes de Rothschild, et les léopards. Ces derniers vivent dans les parties les plus boisées. Cobs, impalas, buffles, zèbres, gazelles, otocyons, chacals, hyènes, lions, babouins, singes verts etc. sont également présents dans ce parc.

Il y a quelques années, avant que le lac ne perde une partie de sa population de flamants roses, Nakuru était considéré comme « le plus beau spectacle ornithologique du monde ». La variation du niveau de l’eau lui a malheureusement fait perdre une partie de sa magie. En effet, la montée de ses eaux a causé l’exode d’une partie non négligeable des flamants roses vers les autres lacs, notamment le lac Bogoria. Lorsque le niveau de l’eau s’est stabilisé, ils ne sont pas tous revenus. Toutefois, il est toujours cerclé d’une ligne rose palpitante de milliers de flamants. Nous vous conseillons d’y aller très tôt le matin.

Le lac Naivasha

Le lac Naivasha, se situant au pied du volcan Longonot, à 100 km à l’Ouest de Nairobi, est l’un des rares lacs d’eau douce de la vallée du grand Rift, avec celui de Baringo. Il fait partie du chapelet de lacs qui se sont formés à la suite du bouleversement géologique créé par la rupture de la plaque tectonique qui a donné naissance à cette fameuse vallée. La plupart sont alcalins comme : Turkana, Bogoria, Nakuru, Elmenteita, Magadi et Natron.

Naivasha est une agréable étape et un moment privilégié pour les amateurs d’oiseaux avec plus de 300 espèces recensées.
Les échassiers, rapaces, martins pêcheurs et passereaux s’observent facilement depuis un bateau longeant les rives du lac. On peut également y voir les rares singes Colobe. A Naivasha se trouve, en outre, la fondation Georges et Joy Adamson, connus pour leurs travaux d’études des félins et leurs efforts de toute une vie pour que la vie animale sauvage soit préservée.

De Naivasha on peut aussi découvrir le parc national d’Hell’s Gate. Ce petit parc est particulièrement spectaculaire et très agréable à visiter, à pied ou à vélo. On découvre alors un impressionnant décor composé de falaises et de gorges. Le spectacle est vraiment grandiose, d’autant plus que les animaux sauvages circulent eux aussi librement dans le parc. Croiser à pied des zèbres, des gazelles, des antilopes ou des buffles ne procurent pas du tout les mêmes sensations qu’en voiture. Les falaises, hautes de plus de 120mètres, abritent de leur côté, de nombreux rapaces : aigles de Verreaux, buses, vautours, etc. et offrent de très belles possibilités d’escalade. Hell’s Gate est également réputé pour son intense activité géothermale avec ses jets de vapeur s’échappant des flancs du volcan Olkaria.