Fondée en 1892, par les colons allemands d’Afrique du Sud, Swakopmund est souvent décrite comme une ville provinciale allemande. Aujourd’hui, station balnéaire luxueuse pour les touristes européens et sud-africains, elle est un point de passage obligé entre les dunes du désert du Namib et la Skeleton Coast (côte des squelettes) vers le nord du pays. Après avoir traversé un désert sec et aride sur des centaines de kilomètres, Swakopmund apparait comme un véritable mirage. Entre pelouses vertes et jardins fleuris, les bâtiments modernes alternent avec l’architecture coloniale. La ville se prête peu à la baignade du fait d’une eau particulièrement froide (courant de Benguela) et de la présence de nombreux requins, tout au long de la côte namibienne. Une brume océanique, quasi quotidienne, venant du large, rajoute à l’ambiance du site, une note mystérieuse.

L’attrait de la ville réside également dans son architecture germanique rappelant celle des bords de la Baltique du début du XXe siècle, ses promenades où il fait bon flâner et goûter les pâtisseries de la Kaiser Wilhelm Strasse. Swakopmund et ses rues aux noms allemands ont longtemps paru être une aberration anachronique, située non seulement en Afrique mais aussi au milieu du désert. De Walvis Bay, située au Sud de Swakopmund, partent les safaris marins à la rencontre des baleines et des otaries, mais aussi les bateaux pour la pêche aux requins pendant les mois d’hiver (de juin à septembre). Vous pourrez aussi découvrir depuis Walvis Bay, Sandwich Harbor. Cette randonnée en 4×4 dans le désert du Namib, en longeant l’océan, est tout simplement extraordinaire. Pris en « sandwich » entre la mer de sable orange et les bleus de l’océan Atlantique et du ciel, ce lieu est un sanctuaire naturel paisible. La piste qui y mène se perd dans l’immensité des dunes de sable battues par les flots. Il est possible avec un peu de chance, d’apercevoir au coucher du soleil, quelques hyènes brunes. C’est de Sandwich Harbor que vous pourrez voir le plus aisément, les majestueuses dunes du Namib, venir se jeter dans l’océan Atlantique. Un spectacle fascinant !

Skeleton Coast

Déclarée « zone protégée » en 1971, le parc de la « Skeleton Coast » ainsi nommé à cause des épaves échouées sur ses côtes, s’étend de la rivière Ugab au Sud jusqu’à la rivière Kunene au Nord (frontière avec l’Angola) et sur 40 km de largeur.

Le principal intérêt de ce parc réside dans la pêche, sport très pratiqué en Namibie et la visite de Cape Cross.

Cape Cross

Le long de la « côte des Squelettes » (Skeleton Coast), Cape Cross a été découvert par le navigateur portugais Diogo Cao qui y érigea une croix de pierre en 1486 pour marquer le point le plus au Sud jamais atteint par des Européens en Afrique.

Aujourd’hui, Cape Cross abrite la plus importante des 15 colonies d’otaries à fourrure de Namibie (en Décembre, au moment de la reproduction, elle peut compter quelques 100 000 membres !). Les rochers et l’océan sont alors noirs d’otaries, vautrées le long de la côte, offrant une ambiance exclusive où le brouhaha des cris sourds et une odeur marquée, recouvrent le charme de l’air marin.

Cette réserve se situe à 128 km au Nord de Swakopmund.

Les chacals, fréquemment observés sur la plage, et les hyènes brunes, prennent facilement pour proie les jeunes otaries.