Le parc national d’Etosha, d’une superficie de 22 912 km2, situé au Nord du pays, célèbre pour sa faune sauvage (114 espèces de mammifères), est une des plus grande réserve animalière d’Afrique (350 km d’Est en Ouest).

C’est une première expérience fabuleuse de safari en Namibie.

A l’Est du parc, le pan d’Etosha (4 731 km2), lac salé asséché il y a plusieurs millions d’années, se remplit d’eau à la saison des pluies. Il est alors saturé de sel, attirant des milliers d’oiseaux, notamment des flamants roses et des grues couronnées.

La protection du parc ainsi que la présence de points d’eau en font un refuge pour nombre d’animaux que l’on peut contempler dans ces immenses plaines et zones de savane, de mopanes, d’acacias et de fascinants « ghost trees » : grands troupeaux d’éléphants, de zèbres de Bürchell, d’oryx, de springboks et de gnous, ainsi qu’une population importante de girafes, de hyènes brunes et tachetées, de lions, de lycaons (chiens sauvages), de guépards, de grands koudous, bubales, steenboks, dik-diks damaras, d’élands du Cap, de rares impalas à face noire, endémiques au nord-ouest de la Namibie, de léopards et de rhinocéros noirs et blancs que l’on peut généralement observer aux points d’eau.

Les amateurs seront heureux d’apprendre qu’Etosha abrite 110 espèces de reptiles et 16 d’amphibiens, dont le fameux bullfrog, énorme crapaud, émergeant après les pluies d’une longue période d’hibernation.

Enfin, parmi les quelques 340 espèces d’oiseaux recensées dans le parc, on peut notamment observer 5 espèces de vautours, des aigles, des marabouts, le vol des imposantes outardes de Kori (le plus lourd des oiseaux volant) et des outardes de Rüppell, repérer les calaos de Monteiro et se délecter du spectacle des oiseaux de rivages.

En périphérie du parc, les concessions et réserves privées, tels que Onguma, Ongava ou Hobatere, offrent également une faune riche, similaire au parc, avec parfois moins de contraintes et d’obligations de rester sur les pistes. Nous conseillons souvent de compléter l’expérience d’Etosha par un safari dans l’une de ces réserves, afin de profiter du confort et de la beauté de certains lodges.

Plateau de Waterberg

Le plateau de Waterberg émerge du bush, tel une citadelle naturelle couronnée de falaises rouges. En haut des falaises s’étend un plateau de plus de 40 000 hectares, recouvert de végétation aride, mais aussi de véritables forêts de roches rouges sculptées par l’érosion. Des figuiers sauvages et des centaines d’espèces de lichens colorées couvrent les roches. Le plateau de Waterberg, réserve naturelle depuis 1972, abrite des rhinocéros blancs et noirs, des hippotragues noirs, des antilopes cheval, des vautours du Cap, ainsi que des espèces courantes comme les girafes, les oryx, les coudous, les phacochères, les impalas, les babouins et même des léopards et des hyènes brunes. Eu égard à la fragilité de l’écosystème, depuis 1989, seulement une partie de la réserve est accessible aux visiteurs.