Rejoignez nous sur Instagram
Safari en Tanzanie, au Kenya, en Ouganda, en Namibie et au Botswana

Le parc national de Chobe

Le Parc National de Chobe, créé en 1968, bénéficie au nord de l’alimentation permanente en eau de la rivière Chobe, ce qui lui permet d’abriter de grandes concentrations animales. Il s’étend sur 11 000 km² dans le nord-est du Botswana, en continuité avec l’entité écologique du delta. Chobe abrite les plus nombreuses hardes d’éléphants d’Afrique. Les pachydermes se déplacent librement dans la zone frontalière sans clôtures ni barrières entre le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe ou l’Angola. Bordé par la rivière qui lui a donné son nom, il présente également une fantastique diversité de faune et de flore. Le long des berges de la rivière Kwando, Mashi, Linyanti ou Chobe – c’est la même rivière qui change plusieurs fois de nom en fonction des régions qu’elle traverse – d’immenses troupeaux d’éléphants et de buffles viennent boire et se baigner au milieu d’une quantité ahurissante d’hippopotames !
Il est d’usage de distinguer 4 sections dans le parc. Le Savut (ou Savuti) qui est une région aux paysages particulièrement variés, lits de rivière asséchés, collines rocheuses, marais et savane arborée. A l’extrême Nord-Ouest, s’étendent les eaux permanentes du Linyanti, qui, en cet endroit, alternent lagunes, marais et canaux, formant une reproduction miniature du delta de l’Okavango. Ensuite, la région de Nogatsaa et Tchinga, essentiellement constituée de pans et de forêts de mopanes ou d’arbres à feuilles caduques, qui attirent, pendant et après la saison des pluies, une grande variété de faune, herbivores en tête. Enfin, au Nord, le long du fleuve Chobe, le River Front et ses deux sous-sections Ihaha (proche de Ngoma gate) et Serondela (proche de Kasane) abritent de grandes forêts et de vastes plaines inondées. Ici, se regroupent les plus impressionnantes hardes matriarcales d’éléphants, venues s’abreuver aux eaux permanentes du Chobe durant la saison sèche.
L’une des attractions principales de cette partie du parc, près de la ville de Kasane, reste sans conteste l’inoubliable croisière en fin de journée sur la rivière. De votre bateau vous assisterez à de mémorables baignades, arrosages et observerez tous les animaux du parc venant de désaltérer. C’est également un paradis pour les passionnés d’oiseaux. Le retour à l’embarcadère se fera avec un superbe coucher de soleil éclatant de couleurs en point de mire.
L’autre activité demeure le safari en 4×4. La majorité de la zone est composée de savane arbusive à mopanes, acacias et pommiers du Kalahari. De grandes zones de forêts au bord des rivières ainsi que de grands marais couverts de roseaux abritent zèbres, gnous, koudous, girafes et autres grands herbivores ainsi que de nombreux prédateurs (lions, léopards).
Pendant la saison des pluies (de décembre à avril), les animaux trouvent de l’eau partout et s’éparpillent dans toute la zone qui descend jusqu’au delta et sont donc un peu moins faciles à repérer. Par contre en saison sèche la rivière Chobe est une des seules sources d’eau permanente, les animaux ne s’éloignent donc guère des rives.
De nombreux lodges sont construits le long de la rivière avec vue imprenable sur les grands troupeaux d’herbivores.

Plaine de Savuti

Au Sud-ouest de Kasane, au coeur du parc et à plusieurs heures de route de la ville, s’étend la plaine de Savuti , la zone la plus fréquentée du parc de Chobe. Couvrant près de 5000 km², elle est célèbre pour sa concentration de lions, de hyènes (plus rares actuellement) et d’éléphants mâles.
A sec depuis plus de trente ans, le canal de Savuti a commencé à se remplir et couler à nouveau en 2009 ! En Février 2010, le canal a atteint l’ancien marais et entraîné une transformation pérenne de la région. C’est l’alternance de cycles humides et secs qui a façonné ce paysage. C’est maintenant un désert “dynamique”, une vaste étendue de savane parsemée d’affleurements rocheux.
D’immenses troupeaux d’antilopes et d’herbivores migrant – zèbres et gnous – sont ici suivis par une cohorte de prédateurs (lions, guépards, hyènes, léopards et les rares lycaons). Les autres résidents annuels sont les éléphants, girafes et de nombreuses antilopes, impalas, élans, damalisques et koudous . L’un des phénomènes les plus intéressants de Savute est la grande migration de zèbres et de gnous, deux fois par an. Ces déplacements massifs d’animaux sont rythmés par le calendrier des pluies : au plus fort de la saison sèche, les zèbres et les gnous sont réfugiés au bord des eaux permanentes du Linyanti. Puis avec les pluies, ceux-ci partent vers le Savute et poursuivent vers les Makgadikgadi pans, d’où ils reviennent une fois la saison des pluies passée. Ils rejoignent alors en sens inverse, Savute et le Linyanti, lors de la saison sèche suivante et ainsi de suite. Comme il se doit, les migrations sont suivies par un grand nombre de prédateurs opportunistes, qui agissent alors en régulateurs démographiques (en supprimant les éléments faibles ou malades du troupeau). Bien que relativement aride, la région abrite plus de 300 espèces d’oiseaux différentes (outardes de Kori, autruches, et serpentaires, entre autres).

River Front

Le River Front surprend le voyageur par l’abondance de sa faune et l’exubérance de sa vie sauvage, particulièrement représentées par les éléphants, les hippopotames, les oiseaux et les reptiles aquatiques. Que ce soit en 4×4 ou en bateau, le spectacle de la vie sauvage est permanent. En fin de journée, surtout, nombre d’animaux sortent des forêts riveraines pour venir étancher leur soif au fleuve. C’est alors un spectacle des plus réjouissants dont le moment fort est toujours offert par les éléphants. Les pachydermes ne sont pas, cependant, les seuls mammifères observés. Une grande quantité d’antilopes est présente : parmi lesquelles les kudus, les cobes à croissant, les cobes Lechwe, les cobes des roseaux, les hippotragues noirs, les antilopes rouannes, les guibs harnachés et les pukus. Avec l’abondance des proies, les prédateurs ne sont pas en reste dans cette région (lions, hyènes ou léopards). Les babouins et les grivets sont présents, ainsi que des centaines d’espèces d’oiseaux (plus de 400 espèces différentes dont la diversité est liée à la grande variété des habitats : aigles pêcheurs, aigles martials, calaos, marabouts, vautours, martin-pêcheurs, aigrettes, oies, cormorans…).

Kasane

La petite ville de Kasane (10000 habitants) est la porte d’entrée du parc. Elle offre diverses facilités : hébergements, banque, bureau de poste, stations service et quelques magasins pour le ravitaillement. Reliée à Johannesburg par son aéroport, elle n’est qu’à deux heures de route des Chutes Victoria (excursion à la journée possible) et présente une alternative aux deux aéroports des chutes Victoria.